As de pique

La couronne de Noël

Aujourd’hui, je propose une petite balade afin de confectionner la couronne, branches de sapin, de houx, de gui, de lierre et de laurier tressées entre elles, ornée de pommes de pins, fruits secs et fleurs.

La couronne de Noël s’accroche sur la porte d’entrée en guise de bienvenue et de décoration, tandis que les couronnes de l’Avent sont composés de quatre bougies symboliques – rouge ou blanche – correspondant aux quatre semaines précédent Noël. Traditionnellement, les quatre bougies sont rouges et massives. Le premier dimanche, on allume une seule bougie ; le deuxième dimanche, l’ancienne bougie et une nouvelle (donc deux), le troisième dimanche, les deux anciennes bougies et une nouvelle (donc trois); le quatrième dimanche, les trois anciennes et la dernière (donc les quatre).

Les bougies ont chacune un symbolisme précis

La plus courante est que chacune des bougies représente l’une des étapes du salut du monde :

  • le pardon, avec Adam et Eve.
  • la foi, avec Abraham.
  • la joie, avec David.
  • la paix et la justice, avec les prophètes.

Une autre possibilité est qu’il y a la paix et les trois vertus théologales (la foie, l’espérance et la charité)

Dans la tradition catholique, la première incite à veiller dans l’attente du Messie, la seconde fait entendre la voix de Jean-Baptiste qui crie dans le désert, la troisième incite à la Joie car le Seigneur est proche, la quatrième annonce les événements juste avant la naissance du Christ. Quant aux flammes des bougies, elles symbolisent l’Espérance, l’une des trois vertus théologales des chrétiens.

Selon le rite catholique, on bénit la couronne de l’Avent. Traditionnellement, on allume la couronne de l’Avent dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Allumer au deuxième dimanche le cierge qui fait face au premier est considéré comme une erreur. Dans la tradition catholique, trois bougies sont de couleur violette tandis qu’une est rose ; ce qui correspond aux couleurs liturgiques des dimanches où elles sont allumées. Parfois une bougie blanche est ajoutée au milieu de la couronne. Celle-ci est allumée le jour de Noël. Ces coutumes de couleurs s’expliquent d’une part avec le miracle de Noël. La naissance de Jésus-Christ n’est autre qu’une conception de la divinité, symbolisée par le bleu, dans l’humanité, à savoir le rouge. D’autre part, une autre explication théologique souligne que ces quatre semaines sont une période de la pénitence ou l’attente sans lumière, et non pour la morosité en dépit des ornements violets. Donc, on attend la lumière, indiquée du blanc.

Histoire

Selon certaines sources, la couronne de l’Avent est une tradition pré-chrétienne issue d’Allemagne. Elle devient chrétienne dès le XVIe siècle.

Selon d’autres sources, elle fut inventée par le pasteur luthérien Johann Heinrich Wichern (1808-1884). Éducateur et théologien de Hambourg, il fonde la Mission intérieure d’Allemagne. Cette institution recueillait des enfants très pauvres dans le Rauhe Haus près de Hambourg, une vieille ferme et il s’occupait d’eux. Comme, pendant le temps de l’Avent, ils lui demandaient toujours quand Noël allait enfin arriver, il fabriqua en 1839 une couronne de bois, avec vingt petits cierges rouges et quatre grands cierges blancs. Chaque matin, un petit cierge de plus était allumé et, à chaque dimanche d’Avent, un grand cierge.

Depuis 1860, l’année où est née officiellement la couronne de l’Avent, on utilise des branches de sapin ; depuis le début du XXe siècle, elle est devenue en Allemagne une des traditions de Noël. En Alsace, elle apparaît entre les deux guerres mondiales, introduite par des mouvements de jeunesse protestants. En Autriche, la coutume ne s’est introduite qu’après 1945.

Cet usage allemand a été repris dans de nombreux pays. Dans les églises de rite orthodoxe se trouvent çà et là des couronnes avec six cierges, conformément à une durée plus longue de l’Avent. D’ailleurs, on ne peut pas exclure au contraire la possibilité de l’origine de l’Église d’Orient. En effet, c’était exactement le pape saint Grégoire Ier († 604) qui avait importé l’Avent en Occident. Dans un dessin achevé vers 983 et conservé à la bibliothèque d’État de Trèves, une couronne de l’Avent est évidente au-dessus du saint pape dictant soit un commentaire théologique, soit l’introït de l’Avent, Ad te levavi.

Dans la Tradition Chrétienne, la couronne, symbole de Royauté et de Martyr, évoque le Messie-Roi. Le vert des rameaux évoque la naissance attendue de Jésus-Christ, l’enfant de la crèche. Cette naissance symbolise pour les chrétiens le renouveau de la terre entière.

Certains pensent que la couronne de l’Avent évoque la couronne d’épine du Christ, alors que sa rondeur exprime pour d’autres la conception cyclique du temps, la roue de la vie et de son éternel recommencement. De même, les quatre bougies qui la surmonte représenteraient les quatre points cardinaux, évoquant par là-même le cycle solaire.

Le saviez-vous ?

La couronne de l’Avent est parfois même présentée sous forme comestible ! Le kouglof alsacien – sorte de brioche aux raisins de Corinthe – en est un exemple car il est toujours servi avec quelques bougies piquées en son sein et entouré de feuille de houx.

Deux autres gâteaux en forme de couronne sont traditionnellement confectionnés pendant cette délicieuse période de l’Avent : le saffranskaka en Suède (gâteau au safran) et l’adventskuchen en Allemagne (génoise aux fruits secs).

Certains passages sont extrait du livre 《Noël -Traditions-Déco-Recettes 》de Morgane Laforêt ou Wikipedia.

A demain

Publicités

2 réflexions au sujet de « La couronne de Noël »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s