As de coeur

Cette semaine j’aide

Il est essentiel de comprendre que pour aider il faut d’abord prendre soin de soi. Être en forme physiquement et psychologiquement permet de mieux vivre la relation d’aide et d’y être plus efficace.

Quelques conseils :

Pendant la journée, trouvez un temps pour vous, pour faire quelque répitchose qui vous fait plaisir. Lire un magasine, le journal, prendre un bain, jardiner, faire de l’exercice…

Autant que possible passer le relais pour prendre une pause. Organisez-vous avec votre famille, des amis ou des professionnels (Elsaasitting, accueil de jour, halte-détente, …). Cette pause doit être une bouffée d’oxygène: sortez, allez vous promener, faire les magasins…

Continuez à appeler vos amis, votre famille. Ne restez pas seul. Ne vous isolez pas. Il est important de rester en contact avec les autres. De maintenir un lien.

Essayez de manger équilibré.

Si vous vous sentez débordé, épuisé, découragé : faites-vous conseiller ou demandez de l’aide. Personne n’est infaillible et des professionnels sont là pour vous aider à rester aidant, vous accompagner et vous informer pour trouver les bons professionnels qui peuvent vous aider.

Participez à un groupe de parole, d’échangcafé entre amise… Cela vous permettra de rencontrer d’autres personnes dans des situations similaires à la vôtre. Vous n’êtes pas seul, et des solutions existent.

Aider les autres

Aider peut venir de n’importe quoi tant que c’est fait sincèrement. Même un simple sourire, un « bonjour » ou un compliment peut mettre une personne de bonne humeur !

Les plus petits gestes de bonté ont un effet positif sur les autres. Pensez au bonheur que vous créez autour de vous quand vous admirez la nouvelle coiffure de quelqu’un, quand vous donnez un coup de fil à une personne âgée, ou quand vous faites en sorte qu’un enfant mal nourri ait un bon repas cette semaine grâce à un don somme toute modeste.

Les humains sont des êtres de compassion. Autrement, comment pourrions-nous élever nos enfants et garder nos amis ? Aujourd’hui, le besoin d’aider les autres s’est implanté dans notre nature. «Nous sommes naturellement portés à l’empathie. C’est pour cela que nous nous sentons mieux quand nous aidons les autres et notre expérience nous pousse toujours davantage dans cette direction.», déclare le docteur Barry Wiser, psychologue clinicien dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse. Lorsque la personne pour qui vous tenez une porte ouverte vous gratifie d’un sourire reconnaissant, vous êtes inévitablement porté à recommencer.

L’université York a publié, l’an dernier, une étude dans laquelle les participants étaient invités à agir avec générosité ou bienveillance à l’égard d’une autre personne pendant quelques minutes seulement par jour. Six mois plus tard, ces participants reconnaissaient avoir éprouvé une estime et une satisfaction beaucoup plus grandes envers eux-mêmes que les personnes inscrites dans le groupe témoin.

Non seulement un tel altruisme provoque-t-il un sentiment de bien-être, mais il aurait en outre des avantages pour la santé, comme le prouve de plus en plus la recherche. Selon de nombreuses études, les personnes qui prennent l’habitude d’aider les autres jouissent d’une meilleure santé que ceux qui s’en abstiennent. En outre, les personnes âgées qui font du bénévolat vivent plus longtemps.

De simples gestes de bienveillance font toute la différence.

Souvent, la seule chose dont les gens ont besoin, c’est que quelqu’un les écoute en faisant preuve de gentillesse et sans les juger.

J’aide mes enfants à grandir, à gagner en autonomie et en sagesse. J’aide mes enfants à apprendre et à penser par eux même.

J’aide ma fille à prendre confiance en elle, à la remotiver à l’école, à gérer son stress et à accepter le regard des autres. Je voudrais l’aider à s’affirmer sans persécuter ou se victimiser.

J’aide mon fils a gérer ces émotions, à se calmer.

J’essai de le faire au quotidien. Aider mes enfants c’est joindre mes efforts aux siens dans ce qu’ils font, saisir une main, accompagner, encourager, reconnaître leurs valeurs, expliquer, donner l’exemple et se concentrer sur une seule activité à chaque fois.

Aider, c’est aussi donner son avis, témoigner, se renseigner, informer, lire et écrire.

J’emprunte des livres, je lis des articles, des témoignages, pour pouvoir aider.

J’écris sur mon blog pour m’aider à faire le point et poser les choses au clair. Il me permets aussi de replonger dans mes souvenirs.

J’aide mes parents. J’aide mes soeurs.

Lorsque je suis invité quelque part je demande si je peux aider.

Je propose mes services pour le déroulement de la fête de l’école de mes enfants.

J’ai adopter un chien et un lapin.

Je soutiens des associations pour le droit des hommes et des animaux, puis la recherche médicale.

J’utilise un moteur de recherches solidaire et engagé Lilo

Quelques fois, aider c’est de ne pas aider, car il faut laisser faire l’autre lorsqu’il est capable de faire par lui-même et l’encourager à aller de l’avant.

Je ne donne plus mon sang et je ne culpabilise même plus depuis que j’ai lu le témoignage de Romain du blog L’art et la manière  

Est-ce que j’irai voter ? Pas si sûr, je n’ai pas voté.

Je me suis déjà arrêter pour aider une dame à monter les marches  ( sans quoi elle allait tomber ), quelqu’un qui avait besoin de quelques centimes pour s’acheter un sandwich et une autre à retrouver le sourire. L’argent est souvent une mauvaise idée parce qu’il est utilisé pour acheter de l’alcool ou pire encore, mais acheter un sandwich, un paquet de gâteaux ou quelque chose comme ça est souvent un bon geste. Soyez respectueux et amical. Si vous voyez quelqu’un dans la rue qui a du mal à porter ses courses ou qui a besoin de monnaie pour prendre le bus, donnez-lui un coup de main ou un peu d’argent. Aider une autre personne ne coute pas grand-chose.

Gardez à l’esprit que tout le monde n’a pas forcément besoin d’aide. Si quelqu’un vous répond « Non, merci » ou « Ça va aller », insister peut devenir agaçant. Vous ne serez pas toujours capable de savoir si une personne a réellement besoin d’aide, mais il vaut mieux se retirer face à une personne énervée ou pressée. Cependant, si elle refuse votre aide, vous pouvez insister une fois et, si elle refuse encore, laissez tomber. N’usez pas votre énergie pour aider quelqu’un qui n’est pas prêt à changer.

Enfin faire du bénévolat, parrainer un animal ou une ruche peut être un bon moyen pour aider, connaître les gestes simples pour aider.

Faire un voyage humanitaire peut-être un jour… pour les rencontres.

Enfin, même si nous sommes des êtres de compassion, ne négligeons pas nos autres besoins et nos émotions, nous avons aussi besoin d’être respecter, entendu, reconnu…

🙂 Merci de votre attention.

Source ici et là 

Défi proposer par Agoaye.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Cette semaine j’aide »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s