As de coeur

Pour être mieux avec moi même, je quitte mes regrets 

​Cette semaine je quitte mes regrets.

Les regrets sont liés aux mécontentements et aux chagrins d’avoir fait – ou de ne pas avoir fait -quelque chose. Ils sont associés à de nombreuses émotions désagréables : ressentiments, culpabilité, dévalorisations… Car on ne se contente pas d’évoquer son passé, on évalue sa responsabilité dans un comportement passé que l’on regrette, et dans ses conséquences actuelles. 

Sur le court terme, on éprouve plus de regrets sur les actions qu’on a fait, des actions qui n’ont pas porté leurs fruits… Les psychologues évolutionnistes supposent que la fonction des regrets est de nous permettre de tirer des leçons de nos échecs, de nous incités à être plus prudent à l’avenir avant de nous lancer à nouveau dans une action incertaine.

Cependant, le temps qui passe fait évoluer nos regrets, nous avons tendance à regretter le plus sur le long terme, ce sont nos inactions, nos intentions d’actions non concrétisées.

Plusieurs explications explique ce phénomène. Tout d’abord, plusieurs phénomènes atténuent la morsure des regrets liés à des actes : ceux-ci sont parfois réparables, par exemple des excuses ou des réconciliations après une dispute.

Ensuite, un travail de compensation psychologique estompe souvent les conséquences négatives de nos actes, notamment en se concentrant sur les aspects positifs de la situation, et non sur ses aspects regrettables. 

Au contraire, l’inaction est plus insidieuse, et certains mécanismes tendent à amplifier la douleur des regrets liés à l’inaction. On peut sans peine imaginer des scénarios multiples autour de se qui se serait passé « si » d’autant plus qu’avec le temps on a tendance à surestimer les capacités à réagir efficacement, une fois que les difficultés liés à une situation passé se sont éloignées. En oubliant le contexte précis, nous avons du mal à expliquer nos inactions.

Dans le cas des regrets de l’inaction, le champ des possibles non réaliser s’accroît à mesure que la vie s’écoule… 

Face aux événements, n’oubliez pas d’imaginer se qui aurait pu se passer et non pas seulement se qui aurait pu être mieux.

Apprenez à renoncer à l’idéal.

Chez les personnes qui ont l’action facile, les regrets seront moins important en cas d’échecs liées à une action plutôt qu’à une inaction. A l’inverse chez les personnes hésitantes, les regrets liés à des actes sont plus douloureux.

Il est difficile de ne rien regretter, ceci dit, on peut apprendre à gérer intelligemment ses regrets, plutôt qu’à les éviter : comme toutes nos émotions, nos regrets jouent un rôle important dans nos capacités d’adaptation à l’environnement et notre équilibre psychique. Ils nous apprennes à faire le bilan de nos actes, et à en tirer des leçons pour l’avenir.

Regretter une personne et les moments que l’on a vécus avec elle, c’est souffrir du manque.

Le fait de se rappeler, c’est ramener à sa mémoire ces belles scènes, mais en laissant de côté le regret ou la nostalgie. Autrement dit, sans les sentiments qui se vivent.

Bien sûr, il est difficile «d’arracher» les émotions d’un souvenir, car nous ne sommes pas des robots ou des machines.

Aussi souvent possible, s’efforcer de vivre dans le présent, et non dans le passé  (regrets) ou dans le futur (craintes ou attentes)

Le moment présent est le chemin qui nous mène de « Ce que je pense que je suis » jusqu’à « Ce que je suis vraiment ». 

Régis Carlo

Vivre l’instant présent, c’est accepter sa situation, se dire qu’à un moment T, regrets et focus trop intense sur nos objectifs à long terme représentent des freins à l’épanouissement et que seule la vérité du moment importe.

N’essayez pas de faire de comparaisons ou d’assimilations avec votre cas personnel.

La méditation est une excellente façon d’entrainer votre cerveau à vivre l’instant présent. Pendant que vous méditez, vous vous entrainez à remarquer vos pensées ou simplement à les regarder passer. Se concentrer sur ce que j’ai et les raisons de m’en réjouir.

En nous établissant dans l’instant présent, nous pouvons voir toutes les beautés et les merveilles qui nous entourent. Nous pouvons être heureux simplement en étant conscients de ce qui est sous nos yeux. 

Thich Nhat Hanh

Le but de la méditation est donc de nous familiariser avec la sensation du présent, pour ensuite pouvoir le vivre dans les actes de tous les jours.

Défi lancé par Agoaye

Source documents pdf Christophe André.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Pour être mieux avec moi même, je quitte mes regrets  »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s