As de trèfle

Scène de rue tricoté 

Soulangis, le 7 mai 2017.

Le yarn bombing ou tricot-graffiti ou encore tricot urbain ou Tricotag (appelé aussi knit graffiti, knitted graffiti ou yarnstorm en anglais) est une forme d’art urbain ou de graffiti qui utilise le tricot, le crochet, ou d’autres techniques (enroulements, tissages, tapisserie, accrochages….) utilisant du fil.

Le yarn bombing investit la rue en utilisant et en recouvrant le mobilier urbain d’ouvrages à base de fil : bancs, escaliers, ponts, mais aussi des éléments de paysage naturel comme les troncs d’arbre, ainsi que les sculptures dans les places ou les jardins.

L’un des objectifs est d’habiller les lieux publics en les rendant moins impersonnels, en les humanisant et en suscitant la réaction des passants.

Dans certains pays, notamment les États-Unis, le yarn bombing reste une pratique illégale lorsqu’il ne s’agit pas d’une commande des pouvoirs publics.

Ce mouvement artistique est apparût aux Etats-Unis en 2005 par Magda Sayeg. La jeune femme avait simplement recouvert les poignées de porte de son magasin par de la laine, suscitant la curiosité des passants. 

Le mouvement quant à lui pourrait être associé à Lauren O’Farrell, un artiste dont le nom de tricoteur de rue est « Deadly Knitshade ». C’est le premier à avoir créé un groupe de Yarn Bombers aux Royaumes Unis. C’est lui qui a attribué à cette activité le nom de Yarn Storming.

Coloré, chaleureux et parfois même psychédélique, le Yarn Bombing est d’autant plus intéressant qu’il est pratiqué en majeure partie par des femmes. Jessie Hemmons, jeune « yarn bombeuse » expliquait ainsi au New York Times « Le street art et le graffiti sont habituellement dominés par les hommes. Le Yarn Bombing est plus féminin, c’est comme faire du graffiti avec des pulls de grand-mère » .

Parce qu’elles investissent l’environnement urbain de manière décalée et poétique, les tricoteuses de rue, selon Samantha Longhi, rédactrice en chef de Graffiti Art Magazine « se situent au summum de la caractéristique essentielle du street art : la gratuité, le don de soi aux passants ». Les galeries d’art leur font de l’oeil, les happenings artistiques se multiplient et le MOMA (Musée d’Art Moderne de New York) a acquis il y a peu quelques oeuvres… et un Monet en tricot géant fabriqué à Rouen exposé à New York.

Agata Olek, une artiste urbaine polonaise a, en guise de voeux pour la nouvelle année 2011, recouvert le « Charching Bull » de Wall Street d’une seyante liquette en camaïeu de mauve, le tricot ayant été conçu comme un hommage au sculpteur de la statue inaugurée en 1989, Arturo Di Modica. De Melbourne avec le Yarn Corner fondé par Bali Portman à Montréal et le groupe des Ville-laines en passant par Christine Pavlic à Vienne ou encore Carol Hummel, la maille se démocratise au nom d’une révolution toute de douceur vêtue.

Un livre en porte l’étendard: « Yarn Bombing, The Art of Crochet and Knit Graffiti » de Mandy Moore et Leanne Prain aux éditions Arsenal Pulp Press.

L’hexagone n’a pas échappé au vent venu du Texas, le Collectif France Tricot, né en hiver 2009, regroupe cinq tricopathes qui dégainent leurs pelotes entre Nice, Lyon et Paris. Pour Solène Couturier, une des fondatrices du collectif, le Street Tricot, « c’est un mode d’expression. Nous faisons très peu de tricot utilitaire et préférons le tricot de rue. Sauf que nos revendications, c’est juste de faire des choses rigolotes, douces, chaleureuse, et d’interpeller les gens dans l’environnement urbain ». En mai 2009, le Collectif France Tricot a participé à la première « Nuit du Street Art » place Saint Sulpice à Paris puis exposé à la Galerie 13 en 2010 sur le thème « un monde sans publicité » avec une installation de logos tricotés.

Depuis, le yarn bombing c’est développer dans des villes plus ou moins grandes, ainsi que dans plusieurs villages comme illustré ici, il a été mis à l’honneur dans diverses manifestations, dont la semaine internationale du fil de rue à l’initiative du blog collectif Fil 2 rue, la ville de Choisy le Roi (bibliothèque) a été à l’initiative de l’installation des carrés de laine dans une partie du parc de la mairie à l’occasion du festival du livre qui s’y déroule chaque année, la 30ème édition du Festival Interculturel au Mans et les 24H Tricots Truffault, en faveur de la Fondation Abbé Pierre, tous les ans au mois de février ( La Ville du Bois, Villeparisis, Le Mans, Nantes, Saint-Malo ), à Clermont-Ferrand pour l’association « Petit frère des pauvres » ici 👈 ou bien lors de la semaine du développement durable à Annecy, qui a été dénoncer par des tricoteuses ici 👈puis le Tricotfil good à La Châtre….

L’ASBL Gestion Centre-Ville de Mons vient de lancer une opération inédite : elle cherche des tricoteurs pour embellir le mobilier urbain d’écharpes bigarrées. Objectif : embellir et réchauffer la ville durant la période automne-hiver.

C’est un appel un peu particulier que vient de lancer la Gestion Centre-Ville à Mons, et qui s’adresse aux citoyens créatifs, aux passionnés de tricot, aux fans de crochet ou de patchwork, aux clubs régionaux…

Un appel à participer au grand projet d’embellissement du centre-ville de Mons intitulé « Habillons la ville », et qui se tiendra du 21 octobre 2017 au 28 janvier 2018.

Dans le cadre de ses missions de dynamisation du centre-ville en général et du commerce en particulier, l’ASBL Gestion Centre Ville de Mons souhaite créer une grande action participative et inédite à Mons. « Habillons la Ville », c’est le « Tricot Graffiti » qui envahit les rues montoises.

[…]

Les frais relatifs à l’achat de fournitures seront pris en charge par la Gestion Centre-Ville, mais « l’utilisation en tout ou en partie de matériaux de récup sera un véritable plus! » précise la Gestion Centre-Ville. C’est plus écolo, et c’est toujours ça à payer en moins.

[…]
Les objectifs de l’opération sont premièrement de valoriser le savoir-faire, la créativité, la diversité des ateliers et clubs régionaux. Deuxièmement, de donner de « l’éclat » aux rues montoises et de créer un « parcours urbain » pour attirer un public nombreux qui découvrira la passion pour le tricot, le crochet, la dentelle…à travers les œuvres et créations uniques des citoyens. Et enfin, inciter à la découverte des différents quartiers commerçants de la Ville et leurs boutiques.

Un grand concours accompagnera l’initiative : un jury composé de personnes d’univers différents (professeur de l’Ecole Supérieure des Arts Plastiques et Visuels, créateur de la Maison du Design, artiste de la région, citoyens…) élira les 3 créations les plus esthétiques et originales qui se verront attribuer un prix en bons d’achat.

Intéressé(e)? Infos auprès de la Gestion Centre-ville au 065 40 58 81.

Un grand champ de fleurs pour les écoles

Dans le cadre de l’action, tous les enfants des classes de maternelle et de primaire sont également invités à laisser libre cours à leur imagination en fabriquant des fleurs en tissus, en laine, en papier, etc. Le seul impératif est qu’elles soient fixées sur des tiges en bois, car les enfants viendront planter leur création le vendredi 20 octobre, dans un lieu unique de Mons qui sera dévoilé par la suite… Un grand champ de fleurs originales et multicolores y sera reconstitué.

D’autres communes font appel aux dons comme à Poisat :

A Cesson :

A Brest 

Certaines sculptures et voitures n’auront au moins pas froid cet hiver ! On en oublierait presque les talents de couturières de ces artistes. 

Comment trouvez-vous cette pratique par rapport aux graffitis et aux autres formes de Street Art ?

Sources : WikipediaDaily Geek ShowBoumbangYearn MagazineCulture boxl’avenir

Ma participation à 《 Scènes de rue 》de chez Covix-lyon.

Publicités

7 réflexions au sujet de « Scène de rue tricoté  »

  1. Bonjour,
    Superbe, merci pour ta participation qui nous ouvre de nouvelles visions, actions en street-art
    Des graffitis que l’on aiment bien, j’ai déjà vu dans lyon ce genre d’art urbain, notamment sur le quai avec des anneaux d’amarrages ainsi habillé.
    Bonne journée
    Bises

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s