As de pique

Scène de la Résistance

Place du 8 Mai 45, située à l’entrée Sud de Bourges, à deux pas de la Maison de la Culture. Sur le rond point de cette Place, se dresse un monument intitulé « La France rompant ses chaînes ». C’est la dernière oeuvre du sculpteur « officiel » de la Ville de Bourges de cette époque : Emile Popineau. Celui du monument au mort de 14/18.

Dans l’après-guerre, Popineau, le sculpteur de Saint Amand vivait et travaillait principalement à Paris. Il va gagner le concours entre plusieurs artistes, pour l’érection de ce monument commémorant la Résistance.

A l’origine, il s’agissait d’une initiative de la Ville de Bourges, et des Comités locaux de la Résistance qui voulaient honorer les Résistants, ainsi que les victimes du nazisme. Le Monument prévu devant être le pendant sur le sud, de celui des poilus situé au nord et…. lui aussi de Popineau.

La maquette de Popineau représente femme, un peu lourde, mais au regard dur et énergique, elle a le masque des souffrances endurées. Derrière la statue, deux grandes ailes s’élancent vers le ciel.

Avec cette dernière oeuvre, et de manière bien involontaire, Emile Popineau va déclencher une belle polémique. En effet, derrière la statue principale, il y a une croix de Lorraine, elle symbolise la Résistance. Mais nous sommes en 1949, cette croix est encore acceptée par tous.
Deux ans plus tard, cette même croix est devenue le symbole d’un parti politique, le RPF. Certains mouvements de Résistance ne se reconnaissent pas dans ce symbole, en particulier ceux d’obédience communiste. Ces derniers vont boycotter l’inauguration officielle du Monument, le 8 mai 1951, en présence d’un ministre, Monsieur Louis Jacquinot. Des forces de l’ordre s’interposent entre les bélligérants…..

La querelle sera dure, parfois odieuse. Un conseiller Municipal ne dira-t-il pas : « On ne peut même pas retirer la Croix de Lorraine sculptée, le sculpteur est mort… ». C’était vrai, Emile Popineau s’était éteint 5 semaines auparavant, à Paris, victime de la silicose, cette maladie des sculpteurs.

Dernier grand monuments aux morts de Bourges, après 1970, 1914, 1939… c’est la guerre l’Algérie qui a le sien où plutôt, des morts dans les conflits d’Afrique du Nord.

Inscriptions présentent sur le monument :

Sur le socle :
À LA
RÉSISTANCE

Sur le côté gauche :
1940
NÉE DANS LA
CLANDESTINITÉ
À L’APPEL DU
GÉNÉRAL DE GAULLE
LA RÉSISTANCE
SOULÈVE
LA FRANCE

Sur le côté droit :
1944
LIBÉRATION
DU TERRITOIRE
PAR LES FORCES DE
RÉSISTANCE
JOINTES A
L’ARMÉE FRANÇAISE
ET NOS ALLIÉS

Sur la plaque posée sur le dos du monument :
27 mai 1943 – 27 mai 1993
50ème Anniversaire
de la Première réunion clandestine au
Conseil National de la Résistance
sous la présidence de Jean Moulin
délégué du Général de Gaulle

FERNAND ROLIN
ARCHITECTE PAYSAGISTE
F. ÉMILE POPINEAU

Ma participation à《 Scène de rue 》de chez Covix-lyon.

Cet article vous a plu ? Aimez, commentez et suivez les actus du blog sur la page Facebook fleur de flocons ou abonnez-vous !

Publicités

6 réflexions au sujet de « Scène de la Résistance »

  1. il y a toujours des empêcheurs de danser en rond !! les résistants n’avaient pas le monopol d’un parti ou d’un autre ils étaient résistant au nazisme c’est tout. Merci pour le travail de mémoire. bonne journée

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s