As de pique

Scène de rue en fer forgé

Tout en haut de la rue Bourbounoux à Bourges.

Au Moyen Age, les enseignes sont des indications précieuses pour les personnes illettrées.

L’enseigne était bien un signe particulier pouvant s’appliquer à toutes les maisons !

Elle existe sous de formes multiples, marque de maison noble ou logis bourgeois, indication destinée à une maison particulière ou commune, annonce et réclame pour un commerce.

Ces 3 indications caractérisaient 4 sortes d’immeubles dont les maisons seigneuriales, les maisons à boutiques, les maisons corporatives, les maisons spécialement affectées aux voyageurs et au débit d’aliments et boissons (hotellerie, auberges).

A l’origine, elles sont de même nature armoiries, emblèmes pour les activités non commerciales. Sinon, c’est le tableau accroché, en fer forgé.

Au départ, elles sont sculptées ou gravées dans de la pierre, puis les sujets peints apparaissent et enfin des reproductions sous tableaux.

Elles avaient alors une visée uniquement commerciale.

Les enseignes se sont imposées tout naturellement pour indiquer les échoppes des différents corps de métiers, mais elles servaient également d’adresses à une époque où les rues des villes manquaient non seulement de géométrie mais de noms et de numéros.

Les enseignes ont des formes d’objets qui présentent aux passants le travail fait par l’artisan : Ce sera par exemple une chaise, une cuiller, un plat d’étain, une clé pour le serrurier, un clou pour celui qui en fabrique, une queue de renard pour le fourreur…. Un charcutier aura un cochon ou une saucisse, un vigneron une grappe, un négociant en vin un tonneau, une boulangerie aura une brioche…. L’imagination des fabricants d’enseignes était sans limite, surtout si le client était fortuné. Elles étaient fabriquées principalement en fer forgé, tôle, bois, pierre.

Ceux-ci étant superstitieux, il fallait trouver une enseigne qui leur plaise et les attire . Hors de question de mettre un renard mais par contre, le cygne était considéré de bonne augure .

Le chiffre « 3 » était aussi très employé, certainement lié aux croyances de la Trinité.

La couleur n’était pas laissée au hasard. Le blanc et l’argent se rencontraient souvent mais l’or, le rouge et le vert dominaient pour les fonds . Le bleu et le jaune s’employaient rarement, tout autant que le noir, inuquement utilisé pour le visage des sarrasins!

La lutte engagée entre les enseignes de maisons particulières et les maisons de commerce dura jusqu’en 1661, année où un édit les départagea et le commerce eut gain de cause .

Les marchands utilisèrent alors 3 sortes d’enseignes qui sont l’image du patron, les instruments de leur fabrication, le tableau de fantaisie.

En voici une bien particulière et qui mérite une explication:

L’enseigne de barbier se présente sous la forme d’un poteau marqué de bandes en spirales bleues, blanches et rouges . Ce poteau, réel ou artificiel, est rotatif ou non.

Dans l’Europe du Moyen Âge, les barbiers étaient parfois amenés à utiliser leurs instruments à d’autres fins que la coupe des cheveux ou la taille de la barbe. Ils pratiquaient également des saignées, de petites opérations de chirurgie ou des arrachages de dents.

Le poteau (généralement peint en bleu), signalant au public leur établissement, symbolisait le bâton que le patient devait serrer pour rendre ses veines saillantes. Les bandages ayant servi à recueillir le sang pouvaient y être exposés et enroulés, pour sècher ou attirer l’attention. Wikipedia.

Les anciennes en fer forgé font partie maintenant du petit patrimoine.

Quelques expressions :

A bonne enseigne (1382) : à bon titre, avec des garanties.

A bon vin il ne faut point d’enseigne : un bon produit n’a pas besoin de publicités

Etre logé à la même enseigne que quelqu’un.

Et pour terminer la définition :

Enseigne : nom féminin ou masculin, date du 11ème siècle.

Vient du latin insignia, signifie décoration, parure.

Indice servant à faire reconnaître quelque chose.

Ma participation à《 Scène de rue 》de chez Covix-lyon.

Cet article vous a plu ? Aimez, commentez et suivez les actus du blog sur la page Facebook fleur de flocons ou abonnez-vous !

Publicités

4 réflexions au sujet de « Scène de rue en fer forgé »

  1. Bonjour,
    Merci pour ta participation nous invitant à un petit écart gourmand et culturel avec cet article bien documenté.
    Pour l’enseigne du Barbier-coiffeur, nous n’en voyons plus beaucoup, c’est à Montpellier que j’en ai vu un lors de mon séjours en fin d’année 1017.
    Bonne journée que j’espère plus ensoleillée.
    Bises

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s