As de pique

Camille Pissarro

La Seine à Bougival, 1870.

Ce tableau de Pissarro réalisé avant la première exposition de groupe des impressionnistes, qui a eu lieu en 1874. La sensation plutôt lourde des arbres et de la colline à droite montre des signes de l’influence d’un style plus ancien. Les arbres de l’île à gauche (île de Croissy), la maison blanche et le flux de la Seine sont rendus dans un style qui annonce la vision impressionniste, en explorant les effets de la lumière et de l’ombre. Bougival est un village sur la rive gauche de la Seine, à l’ouest de Paris. Le pont au loin relie l’île au centre avec le village de Croissy sur la rive opposée.

Jacob Abraham Camille Pissarro, dit Camille Pissarro, né à Saint-Thomas (Îles Vierges) le 10 juillet 1830 et mort à Paris le 13 novembre 1903, est un peintre impressionniste puis néo-impressionniste français d’origine danoise.

Connu comme l’un des « pères de l’impressionnisme », l’île exotique a inspiré une grande partie de sa peinture, ainsi que la vie rurale française, en particulier des paysages et des scènes représentant des paysans travaillant dans les champs, il est egalement célèbre pour ses scènes de Montmartre et ses scènes autour du Louvre et des Tuileries, où il descendait.

À Paris, il eut entre autres pour élèves Paul Cézanne, Paul Gauguin, Jean Peské et Henri-Martin Lamotte. Pissarro est aussi un théoricien de l’anarchie, fréquentant assidûment les peintres de la Nouvelle-Athènes qui appartiennent au mouvement libertaire.

Il partage cette position avec Paul Gauguin, avec lequel il aura par la suite des relations tendues. Pissarro est un grand peintre, dont certaines toiles injustement jugées comme mièvres, n’ont pas la place qu’elles méritent, sans doute en raison de leurs sujets, moins spectaculaires que ceux choisis par d’autres Impressionnistes (La Meule, Pontoise, La Route d’Ennery).

En 1896, le peintre déclarait : « Nous ne demandons pas mieux que d’être classiques, mais en le trouvant par notre propre sensation, oh! que c’est différent! » Il est père du peintre Lucien Pissarro.

Le tableau du samedi

Pour le thème « paysage côtier, canaux » proposé cette semaine par Covix-Lyon.

《 Le samedi, on présente un seul tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plait ou nous émeut, ou nous trouble.

Et voilà.

Vous n’avez pas fait les beaux arts ? Moi non plus
On parle d’émotions,
deux mots sur le peintre,
et on partage
dixit mamazerty

On s’inscrit (ou pas) à la communauté là :

https://www.over-blog.com/community/le-tableau-du-samedi-de-lady-marianne

Cet article vous a plu ? Aimez, commentez et suivez les actus du blog sur la page Facebook fleur de flocons ou abonnez-vous ?

5 réflexions au sujet de « Camille Pissarro »

  1. superbe choix pour ce samedi- que de détails infimes—- quelle patience et sens de l’observation-
    on aperçoit une femme dans cette allée ombragée bien ordonnée-
    contraste avec le reste du tableau plus fluide-
    Contente de te retrouver-
    bisous- bon samedi-

    J'aime

  2. Je ne connaissais pas ce tableau de Pissaro, tout au moins ce style, car je ne peux pas tous les connaître, c’est un peintre que j’aime beaucoup.
    Merci pour tous les détails, passe une bonne journée

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s