As de pique

Itō Jakuchū

« Deux gibbons essayant d’atteindre la lune », parchemin suspendu encre sur papier, 114,9 x 48,4 cm, 1770.

Cette peinture toute mignonne dépeint une maman gibbon qui balance son bébé à bout de bras tout en s’accrochant à une liane suspendue à un arbre de l’autre. Le titre du chef-d’œuvre est une référence au concept Bouddhiste Zen stipulant que les gens simples d’esprits et les animaux confondent souvent la lune avec son simple reflet.

Ici c’est autant la mère que le petit gibbon qui essayent d’attraper le reflet de la lune dans l’eau — bien qu’elle ne soit pas physiquement représentée sa présence est entendue. Le sujet fait aussi allusion au dilemme de la condition humaine : nous tentons d’atteindre l’irréel au lieu de chercher une substance spirituelle appropriée. Jakuchū a imprégné le sujet avec autant d’humour que d’affection — les gibbons peuvent être désorientés, mais s’ils arrêtent de chercher la vérité, alors tout sera perdu. Et même si la lune n’est pas réellement représentée, sa forme ronde se reflète dans le visage du gibbon.

Itō Jakuchū aussi connu sous le nom de Itō Shunkyō, de son vrai nom Itō Jokin, surnoms : Keiwa, Jakuchû et Tobei-an, né vers 1716 à Kyōto, mort en 1800 est un peintre japonais d’animaux et de fleurs.

Issu d’une famille aisée d’épiciers de Kyōto, il peut se consacrer à la peinture, libre de toutes contraintes économiques et même artistiques. Au monastère zen Shōkoku-ji de Kyōto, dont il est habitué, il a l’occasion d’étudier les peintures de fleurs et d’oiseaux de la chine des Song (960-1279) et probablement aussi des Ming (1368-1644) et leur réalisme le marque sans doute, lui que le style conventionnel de l’école Kanō ne peut contenter.

Le tableau du samedi

Pour le thème « animaux sauf oiseaux ou libre » proposé cette semaine par Mamyvel

« Le samedi, on présente un seul tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plait ou nous émeut, ou nous trouble.

Et voilà.

Vous n’avez pas fait les beaux arts ? Moi non plus
On parle d’émotions,
deux mots sur le peintre,
et on partage
dixit mamazerty

On s’inscrit (ou pas) à la communauté là :

https://www.over-blog.com/community/le-tableau-du-samedi-de-lady-marianne »

Cet article vous a plu ? Aimez, commentez et suivez les actus du blog sur la page Facebook fleur de flocons ou abonnez-vous ?

9 réflexions au sujet de « Itō Jakuchū »

  1. Un symbolisme tres agréable à regarder merci pour ce choix , je viens de terminer « Ni d’Ève Ni d’Adam » d’Amélie Nothomb , je suis encore toute imprégnée du Japon .
    Bonne journée
    Bises

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s