As de pique

Jeudi poésie

Pour les croqueurs de mots, Durgalola propose un poème écrit par une poétesse… heu non, ça c’était pour le premier jeudi en poésie, pour ce jeudi un poème relatif aux arbres.

Arbre, mon ami

Arbre, mon ami,
mon pareil a moi,
si lourd de musique
sur les doigts du vent
qui te feuillettent
comme un conte de fées,
arbre
qui comme moi
connais la voix du silence
qui balance
le profond de tes mèches vertes
le frisson de te main vivantes
arbre
mon ami
mon tout seul
perdu comme moi
perdu dans le ciel
perdu dans la boue
laqué de lumière dansante
par la pluie
arbre
écho de la peine du vent
de la joie des oiseaux
arbre dévêtu par l’hiver
je te regarde pour la première fois.
Avant, mes yeux
mes oreilles
te savaient
croyaient te savoir
mais ils étaient seuls à te regarder

Minou Drouet

Minou Drouet est née en 1947, dans les Côtes-d’Armor. Elle a grandi à La Guerche de Bretagne jusqu’à ses 8 ans. Elle a vécu ensuite à Paris, pendant trente-cinq ans. Douée pour la musique, elle suit les cours de piano du conservatoire de Paris. Et écrit.

Au milieu des années 50, Minou Drouet était la coqueluche de la presse française : la plus jeune poétesse de France, disait-on, et les journaux relayaient largement l’affaire. L’Académie Française se pencha sur la question de l’authenticité de sa poésie, déclarant enfin qu’elle (et non sa mère adoptive) était bien l’auteur de ses rimes.

Ses premiers poèmes et lettres publiés en 1955, puis 1956 par René Julliard sont un grand succès de librairie. À 8 ans, Minou devient célèbre. C’est une enfant prodige. « Précoce », rectifie-t-elle. Elle est même reçue en audience privée par le pape Pie XII.

Elle a donc publié, enfant, plusieurs ouvrages : « Arbre, mon ami» (1957), « Le Pêcheur de lune » (1959), « Du brouillard dans les yeux » (1966), « La Flamme rousse » (1968).

Elle continue à écrire et à publier jusqu’en 1968. Elle mène aussi carrière dans la musique et la chanson, côtoyant les grands artistes du moment. En 1958, elle est la vedette du film « Clara et les méchants. » de Raoul André.

Malheureusement, durant les années 1960, son succès ne va pas tarder pas à s’amenuiser. Ayant soigné sa grand-mère mourante, elle songe à devenir infirmière puis, après deux ans dans un hôpital, se produit à nouveau pendant un certain temps dans des clubs ou des cafés, et publie quelques livres pour enfants (fables et romans) qui n’attirent guère l’attention.

En 1992, Minou Drouet se retire de la vie publique et publie, en 1993, une autobiographie, « Ma vérité » ou elle avouera qu’à cette époque, elle ne ressentais plus le besoin d’écrire. « J’ai connu à la fois le merveilleux et la dureté », reconnaît-elle.

Elle vit actuellement loin des médias.

Cette article vous a-t-il plu ? Aimez, commentez et suivez les actus du blog sur la page Facebook fleur de flocons ou abonnez-vous ?

Publicités

5 réflexions au sujet de « Jeudi poésie »

  1. Un tres bon choix de poésie . Je me demandais ce qu’elle était devenue Minou Drouet , c’est vrai qu’à une certaine époque c’était la coqueluche des médias . Merci pour ce billet .
    Bonne journée
    Bisous

    J'aime

  2. J’ai un de ses livres, j’ai beaucoup aimé la lire et je l’ai toujours gardé dans mes pérégrinations.
    merci d’en avoir parlé
    Bon dimanche

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s