As de carreau·As de pique

Marc-Aurèle Fortin

Paysage urbain et rural d’Hochelaga, Montréal en été fait par Marc-Aurèle Fortin. Publié dans le livre « Marc-Aurèle Fortin, un maître inconnu », René Buisson, Édition Le Musée Marc-Aurèle Fortin, 1995, p.66. Catalogue raisonné Marc-Aurèle Fortin H-0429

Marc-Aurèle Fortin, né le 14 mars 1888 à Sainte-Rose, et mort le 2 mars 1970 à Macamic, tous deux au Québec, est un artiste peintre québécois. Son œuvre est entièrement consacrée au paysage surtout rural, et démontre son goût pour la nature somptueuse et généreuse. Ses sujets de prédilection étaient les grands ormes de petits villages du Québec, wagons à foin sur les routes de campagne, et les courbes fluides des toits des fermes québécoises.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce ne sont pas les scènes rustiques de Charlevoix qui ont contribué à faire connaître l’oeuvre de Marc-Aurèle Fortin en dehors du Québec au début des années 1930, mais bien ses vues urbaines d’Hochelaga ou du port de Montréal, encombrées de fils électriques, de cordes à linge, d’usines et de voies ferrées. Les musées ontariens ont été les premiers à acquérir ces aquarelles réalisées sur le motif des hauteurs du mont Royal ou de l’île Sainte-Hélène.

Selon une discussion tenue avec M. Buisson en 1966, Fortin partait de sa pension chez les Sulpiciens pour aller peindre dans Hochelaga. À l’époque, il s’intallait sur une montagne de pneus, et c’est à cet endroit qu’il pouvait voir tout Hochelaga. Fortin pouvait même voir le clocher de Longueuil. Selon l’artiste, il considère avoir fait de très belles oeuvres.

Fortin étudie d’abord la peinture à Montréal avec Ludger Larose et Edmond Dyonnet, puis deux ans aux États-Unis de 1909 à 1911, d’abord à la Boston Museum of Fine Arts, puis à l’Art Institute of Chicago.

Son pinceau transforme les gros nuages, le feuillage épais et les collines montantes en grandes formes libres, vibrantes de couleurs.

C’est d’ailleurs grâce à la spontanéité et à la plus grande liberté gestuelle que permet l’aquarelle que Fortin aurait trouvé sa voie en peinture au milieu des années 1920, puisque c’est durant la même période qu’il commence à peindre ses arbres colossaux et qu’il devient le coloriste hardi qui le fera vite remarquer dans les expositions publiques. Surmontées de nuages évoquant des montagnes, les masses verdoyantes des ormes et des peupliers envahissent presque toute la surface de la toile, écrasant sous leurs ramures des maisons naines et des personnages lilliputiens. La débauche de couleurs fait presque oublier l’imagerie rustique reprise inlassablement de tableau en tableau.

À la fin des années trente et tout au long des années quarante il peint dans le Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et dans les environs Saint-Simon sur le bas Saint-Laurent.

Dès ses premières expositions publiques, au tournant des années 1920, Fortin fut d’ailleurs perçu par la critique comme un peintre éminemment original et non conformiste en raison surtout de ses couleurs jugées «crues» et «violentes» et de son approche non conventionnelle des plans et de la perspective.

Dans ses tableaux à l’huile et, plus tard, à la caséine, Fortin, qui aimait expérimenter toutes les techniques, cultiva par ailleurs une approche bien à lui, qui consistait à peindre par couches successives sur un fond sombre, souvent noir, brun ou gris. Les couleurs s’en détachaient avec d’autant plus d’éclat et de netteté.

Le tableau du samedi

Pour le thème « village » proposé cette semaine par Lénaïg.

« Le samedi, on présente un seul tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plait ou nous émeut, ou nous trouble.

Et voilà.

Vous n’avez pas fait les beaux arts ? Moi non plus
On parle d’émotions,
deux mots sur le peintre,
et on partage
dixit mamazerty

On s’inscrit (ou pas) à la communauté là :

https://www.over-blog.com/community/le-tableau-du-samedi-de-lady-marianne »

Cet article vous a plu ? Aimez, commentez et suivez les actus du blog sur la page Facebook fleur de flocons ou abonnez-vous ?

6 réflexions au sujet de « Marc-Aurèle Fortin »

  1. merci pour ta participation-
    je découvre cet artiste du Québec— grâce à lui on découvre ce pays à l’époque–
    bon samedi- merci-
    bisous-

    J'aime

Répondre à nuage1962 Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s