As de pique

Aureliano de Beruete

La rivière Isole ( Quimperlé ), huile sur toile, 1901.

En août 1901, Beruete s’est installé à Quimperlé, une ville de Bretagne située dans une vallée près de la côte. D’un petit pont, nommé le Pont Salé, il a peint cette perspective naturelle de la rivière Isole au moment où elle passe à travers la ville, un endroit qui a à peine changé depuis. En tant que peintre de plein air qualifié, Beruete portait un grand intérêt à la lumière et dans cette vue il a réussi à capter un jour de beau temps où les rayons du soleil frappent le mur d’une maison à l’arrière de la composition, un des endroits les plus clairs de la toile. Il est parvenu à de beaux contrastes entre les zones d’ombre et de lumière, utilisant une technique directe aux coups de pinceau fluides, limitant les remplissages et appliquant la couleur allant de touches légères aux points. Beruete a saisi le charme de l’endroit par une technique transitoire entre son style sobre, élégant et équilibré et un impressionnisme balbutiant, dont il n’était pas intéressé par les principes mais qu’il a adopté dans les œuvres de sa fin de vie.

Beruete était né ans une famille aisée de Madrid et était un homme très cultivé. Après avoir étudié le droit et avoir été élu député, ses revenus abondants lui ont permis de se consacrer entièrement à la peinture. Il a eu pour maître Carlos de Haes qui l’a initié à la peinture de plein air. L’enthousiasme de Beruete pour l’art et son esprit aventurier l’ont sans cesse poussé à faire des voyages à travers l’Espagne et l’Europe tout au long de sa vie. Ses peintures sont reconnues et primées à l’échelle nationale et internationale. Beruete était aussi un remarquable collectionneur, un critique pointilleux et un écrivain.

Au cours des dernières années de sa vie, Beruete a écrit de courts traités sur la peinture et les peintres, dont une des premières monographies sur Diego Velázquez, publiée à Paris en 1898. En fait, il comptait parmi ses amis la plupart des grands artistes espagnols de l’époque. Après sa mort en 1912 à Madrid, Joaquín Sorolla a organisé la première rétrospective de Beruete qui a eu lieu dans le manoir de Sorolla.

– Clinton Pittman

Le tableau du samedi

Thème libre

《 Le samedi, on présente un seul tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plait ou nous émeut, ou nous trouble.

Et voilà.

Vous n’avez pas fait les beaux arts ? Moi non plus
On parle d’émotions,
deux mots sur le peintre,
et on partage
dixit mamazerty

On s’inscrit (ou pas) à la communauté là :

https://www.over-blog.com/community/le-tableau-du-samedi-de-lady-marianne

Cet article vous a plu ? Aimez, commentez et suivez les actus du blog sur la page Facebook fleur de flocons ou abonnez-vous ?

Publicités

4 réflexions au sujet de « Aureliano de Beruete »

  1. un artiste cultivé et aisé —
    ( ça change des artistes pauvres qui avaient du mal )
    une très belle scène paisible- un bon rafraichissement en cette période-
    merci pour ta participation-
    bisous du samedi-

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s