As de pique

Jeudi poésie

Pour les croqueurs de mots, Zaza nous demande de jouer avec les zèbres.

La danse des zèbres, Victor Vasarely, 1938.

Voici différents poèmes intitulés

« Zèbre »

Le zèbre pétulant aux ruades bizarres
Me fait l’effet d’un âne ôté vivant d’un gril
Quand le fer l’eut marqué d’ineffaçables barres
Et qui se souviendrait de ce cuisant péril.
Il a des soubresauts d’être fuyant la flamme
Et des hennissements étranges de brûlé.
Les bons anciens croyaient et de toute leur âme
Qu’on ne le domptait pas. Quel beau rêve envolé !
Le zèbre – un oublié de la faune héraldique -,
Le zèbre n’est pas plus indomptable que vous
Et moi. Sous le harnais il blanchit, tout l’indique.

Tout l’indique à présent que devenu très doux
S’acclimatant au plus rafraîchissant usage,
Le zèbre attelé traîne… un tonneau d’arrosage.

Ernest D’Hervilly

Je suis pas un cheval de Cayenne
ni un âne en pyjama,
moi je vis dans la plaine africaine:
pas drôle de vivre là ;
les lions, les guépards et les hyènes
me causent de l’embarras
mais je cours, j’accélère et je freine :
les fauves ne m’auront pas ;
et tant pis pour leur fière bedaine
je ne suis pas un repas !
Je suis pas un cheval de Cayenne
ni un âne en pyjama,
l’homme jamais ne m’a mis de chaînes :
il me raille : c’est pour ça !

Romi Perez

Le zèbre, cheval des ténèbres,
Lève le pied, ferme les yeux
Et fait résonner ses vertèbres
En hennissant d’un air joyeux.

Au clair soleil de Barbarie,
Il sort alors de l’écurie
Et va brouter dans la prairie
Les herbes de sorcellerie.

Mais la prison sur son pelage,
A laissé l’ombre du grillage.

Robert Desnos

Broutant dans les hautes herbes
Un zèbre
Rêvait d’une veste en soie
A pois
Il n’est pas de très bon ton
Dit-on
De mêler pois et rayures
Pour sûr
Et puis porter une veste
Du reste
Par-dessus un pyjama
Jamais
Surtout sans nœud papillon
Voyons

Pierre Lebigre

Quel poème vous a-t-il le plus plu ? Dites le en commentaire, aimez et suivez les actus du blog sur la page Facebook fleur de flocons ou abonnez-vous ?

Publicités

15 réflexions au sujet de « Jeudi poésie »

  1. Je t’en propose un autre:
    Le cinquième jour

    Du haut d’un nuage
    Les mains rouges d’argile
    Dieu contemplait les animaux
    -Je suis mécontent du zèbre
    dit-il à Saint-Rémi
    Qui tenait la liste,
    il ressemble trop au cheval,
    Rayez le !

    Pierre Ferran

    Bonne soirée !!!

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s